“Trois femmes (L’Échappée)”, au Théâtre Le Lucernaire

AFFICHE Trois femmes_1.jpg

Un vibrant trio de femmes nous entraîne dans une course haletante contre le temps, bousculant au passage les déterminismes sociaux et affectifs les plus ancrés…

Trois femmes, l’une très âgée (Catherine Hiegel), une femme mûre (Clotilde Mollet) et une toute jeune femme (Milena Csergo) – soit une grande bourgeoise et deux prolétaires, comme on ne dit plus. Ce sont bien ce qu’elles sont pourtant, la mère et la fille, toutes deux prénommées Joëlle, qui se collettent avec la dureté du quotidien et ne vivent, chichement, que de leur maigre salaire…

La jeune cherche du travail depuis longtemps déjà ; quant à la mère, elle est folle heureuse d’être embauchée, grâce à son diplôme tout frais, comme garde de nuit chez la riche Mme Chevalier. On peut compter sur Catherine Hiegel pour nous camper une très acariâtre vieille dame, peu propre à attirer la sympathie – quoique fort portée sur le calva…

Au cœur de ce trio va se nouer toute une problématique de la filiation, des rapports mère-fille parfois si cruels et des rédemptions possibles. Chacune se bat ici pour sa vie… Enjeux affectifs et économiques sont étroitement mêlés. L’une lutte contre l’oubli des siens, l’autre cherche un “piston” pour enfin gagner sa vie, la troisième se bat pour continuer à croire que tout est normal, que si déjà on a un travail, un gentil mari, l’amour des siens, on a beaucoup de chance.

Catherine Anne a écrit la pièce il y a vingt ans et elle est toujours d’actualité. Elle l’a mise en scène dans une scénographie d’Élodie Quenouillère, qui concourt à la réussite du spectacle, avec ses deux niveaux permettant ruses, poursuites et dissimulations. Ça vous a parfois des airs de vaudeville élégant… Surtout que les trois protagonistes ne manquent pas d’humour, très noir pour Mme Chevalier, tendre ou rageur pour les deux autres.

La salle a longuement applaudi les trois magnifiques actrices. On ne présente plus Catherine Hiegel, plus tempétueuse que jamais, ni la douce Clotilde Mollet, si subtile dans son personnage de femme modeste qui sait garder sa fierté de “pauvre mais honnête”… Milena Csergo, qu’on ne connaît pas encore autant que ses aînées, est exceptionnelle de force, de naturel et d’ambivalence voulue dans son jeu. Notons sa jolie voix qu’on entend sur la musique d’Émile Juin…

Une pièce profonde, très bien écrite, une comédie tragique qui ressemble diablement à la vie. Admirablement servie par ses trois comédiennes.

Fabienne Clairambault

Des mots pour vous dire

Texte et mise en scène :  Catherine Anne
Avec (par ordre d’apparition) Catherine Hiegel, Clotilde Mollet, et Milena Csergo 

Jusqu’au 5 janvier 2020
À 19 h du mardi au samedi
Dimanche à 16 h,
Le 24 décembre à 16 h

Théâtre Le Lucernaire
53, rue Notre-Dame-des-Champs
75006 Paris

http://www.lucernaire.fr/theatre/3615-trois-femmes.html

2 réflexions sur ““Trois femmes (L’Échappée)”, au Théâtre Le Lucernaire

  1. Hania chantalle

    j’ai beaucoup aimé la critique de fabienne clairambault et ça me donne envie d’y aller.
    bravo pour votre site . je m’en sers tout te temps avant d’aller voir quoique ce soit au theatre.
    Bon week end à vous

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s