Z’humains ! Conférence anti-fin du monde, au théâtre de Belleville

Nous faire réfléchir aux fléaux qui menacent notre planète : agriculture et élevage intensifs, réchauffement climatique, nucléaire…, mais avec légèreté et humour !

Pari réussi de la part de Catherine Dolto (pédiatre et haptothérapeute de son métier), enseignante bienveillante, et Emma la clown, à l’énergie communicative et tout aussi bienveillante, qui font l’état des lieux de l’influence de l’humain sur son biotope. Les deux comparses ponctuent leurs échanges d’animations ludiques et didactiques sur “Poyer Punt” (pour Power Point) projetées sur écran. Elles nous rappellent nos origines et les principales étapes de l’évolution de l’espèce humaine, mais aussi la disparition des dinosaures (tués par un gros caillou en pâte à modeler) ou le mode de vie de l’« homo sapiens sapiens », notre ancêtre direct.

Les interactions avec le public sont nombreuses ; le gros ballon en forme de globe terrestre que l’on se renvoie, notamment, nous fait comprendre que nous jouons avec la terre, alors qu’elle est fragile. Les interventions d’Hubert Reeves, filmées et projetées sur l’écran, mais aussi celles de Matthieu Ricard et José Bové, qui ont prêté leur voix à des chaussettes transformées en marionnettes, viennent conforter leur propos.

On rit beaucoup des facéties d’Emma la clown, mais aussi des fous rires de Catherine Dolto. Elles nous rappellent, avec bonne humeur et un peu de sérieux quand même, qu’il serait temps et judicieux de réfléchir à une autre façon d’envisager notre avenir et celui de notre planète, qui sont quand même étroitement liés.

Un spectacle aussi réjouissant qu’indispensable… ne le manquez pas !

Armelle Gadenne

Avec Emma la clown et Catherine Dolto
De /par Catherine Dolto et Meriem Menant
Mise en scène Kristin Hestad
Lumière Nicolas Lamatière
Son et régie générale Romain Beigneux-Crescent
Costumes Anne de Vains
Vidéo Yann de Sousa
Conception musicale Patrice et Henry Blanc-Francart
Production Compagnie La Vache Libre

Jusqu’au 30 avril 2017
Du mardi au samedi à 21 h 15, dimanche à 14 h 30
Théâtre de Belleville
Entrée : Passage Piver
94, rue du Faubourg-du-Temple
75011 Paris
http://www.theatredebelleville.com/saison-16-17/item/365-z-humains

En tournée les 23 et 24 mai à 21 h
au Théâtre de l’Atelier,
1, place Charles-Dullin
Paris 18e
Retrouvez tous les spectacles sur le site : www.emmalaclown.com

Publicités

Les Âmes offensées, au musée du quai Branly

InuitFred Lyonnet

@Fred Lyonnet

Le temps d’un week-end, dans le cadre du programme L’Ethnologie va vous surprendre, l’ethnologue Philippe Geslin a présenté un cycle de trois « conférences », mises en scène par Macha Makeïff. Le premier volet de cette trilogie, Peau d’ours sur ciel d’avril, nous a emmenés sur les traces des derniers chasseurs Inuits. Quand l’ethnologie se met à la portée de tous grâce à une création théâtrale d’un nouveau genre.

Quelles sont donc ces âmes que l’on offense ? Elles appartiennent à ces peuplades de l’autre bout du monde qui parviennent à survivre dans des conditions hostiles et dont on voudrait décider du sort. Que ce soit les Inuits, les Soussous de Guinée ou les Massaïs de Tanzanie, Philippe Geslin part régulièrement à leur rencontre afin d’étudier leurs coutumes ancestrales, leur mode de vie ainsi que les bouleversements engendrés par le monde moderne.

Sur une scène ronde qui évoque un globe terrestre, l’ethnologue conteur s’adresse à nous par l’intermédiaire de son carnet de bord. Il nous fait part de ses observations de scientifique. Changement climatique, passage de la chasse traditionnelle aux phoques à la pêche, plus lucrative, incursion de la culture de masse dans une société traditionnelle, mais aussi anecdotes sur la vie des Inuits : tout est pointé, sans naïveté. Geslin rend hommage au passage à ceux qui ont ouvert le chemin avant lui. La projection de photographies (faites par lui-même) ou de documents d’archives sur le mur du fond vient ponctuer son récit.

À ce constat, se mêlent des réflexions plus personnelles (non dénuées d’humour) et philosophiques où transparaissent l’empathie d’un homme amené à partager le quotidien d’autres être humains et la conscience du monde qui l’entoure : « Vous n’avez pas compris que la terre vous invite, seulement. » Des voix off évoquent les légendes et les mythes qui façonnent l’identité des Inuits, identité qui perdure malgré la marche forcée vers la modernité.

Par touches légères, la mise en scène de Macha Makeïff met joliment en relief le récit de l’ethnologue. Un bloc de glace qui fond, un igloo en carton, une peau d’ours, un corbeau… et notre imagination fait le reste.

Un spectacle plein de poésie et d’humanité qui nous fait voyager avec Philippe Geslin sur la banquise des Inuits et ressentir l’émerveillement de ce « glaneur d’émotions » devant un monde à l’équilibre fragile. Souhaitons que l’explorateur poète continue à nous faire partager ses découvertes sur scène !

Véronique Tran Vinh

Avec Philippe Geslin

Mise en scène, adaptation, scénographie et costumes Macha Makeïff
Voix Philippe Geslin, Macha Makeïeff, Aïssa Mallouk Création vidéo et iconographie Philippe Geslin, Guillaume Cassar et Alain Dalmasso Assistante artistique MargotClavières Régie générale Frédéric Lyonnet Lumières Sylvio Charlemagne Créationson Jean-Claude Leita et Julien Sonnet et toute l’équipe de La Criée Façonnageécran Gerriets Structure métallique Ferronnerie du Var

Musée du quai Branly-Jacques Chirac
37, quai Branly
75007 Paris
http://www.quaibranly.fr/fr/

« Les Âmes offensées » est un cycle de trois conférences théâtrales :
Peau d’ours sur ciel d’avril
Les derniers chasseurs Inuits
Le Crayon de Dieu n’a pas de gomme
Chez les Soussous de Guinée
Les Guerriers Massaïs
Avant le départ des gazelles…

Photographies de Philippe Geslin : dans le catalogue de YellowKorner, à la librairie-galerie Hune, Saint-Germain-des-Prés.

Un Festival d’Histoire à Montbazon

 

Les 23 et 24 juillet 2016 se tenait, à Montbazon (37), la 2e édition de la rencontre abonnés internautes Nota Bene, organisée par Ben, sa femme Calie, et en partenariat avec La Forteresse du Faucon noir.

Avant de détailler plus en avant, je dois vous présenter Benjamin Brillaud (alias Ben, alias Nota Bene, le barbu dans le médaillon à gauche). Après avoir exercé pendant six ans en qualité de caméraman et monteur pour une société de production audiovisuelle, il décide de se lancer en tant que vidéaste indépendant. Passionné par l’histoire, il crée une émission sur Internet, Nota Bene, avec pour objectif de faire (re)découvrir, et surtout dans le plaisir, des anecdotes, des événements sur ce thème mais aussi des mythes et légendes. Des vidéos d’un format très différent de 3 minutes à 25 minutes, qui aiguisent notre curiosité et donnent envie d’en savoir davantage à chaque fois qu’on en termine une. De la découverte de la Mythologie Aztèque à Qui était l’homme de fer en passant les Fortifications d’Asgard… j’ai fini par m’abonner à cette chaîne

Tranquillement dans mon fauteuil, j’aurais pu y rester un peu plus cet été, si Allan, 17 ans, internaute averti, n’avait pas été à l’initiative d’une sortie : se rendre à Montbazon, un week-end de juillet, où se déroulait, ce Festival axé sur le Moyen Âge.

Un univers pour moi jusqu’alors inconnu où se sont rencontrés plus de 2 200 visiteurs – la plupart des abonnés – qui attendaient de rencontrer leurs vidéastes, soit 18 youtubeurs* au total, qui animaient des conférences aussi variées que Prédire l’histoire, Le Banquet au Moyen Âge, Le Moyen Âge a-t-il réellement existé ou plus éloignées du sujet Études des origines et des évolutions de l’œuvre de fiction télévisuelle.

Une ambiance très bon enfant où chacun semble partager avec les autres des qualités telles que la curiosité, la simplicité et la gaieté.

C’est donc dans ce climat qu’étaient proposés des ateliers, d’une qualité très disparate, autour des métiers de cette époque. Parmi les plus éducatives : le travail du forgeron (top !), le travail du bois et taille de tuiles…

Montbazon6
crédit photo : Romain Gibier

 

Le site de Montbazon qui abrite le dernier donjon féodal de France encore debout se prête aussi volontiers à découvrir deux sports de plein air comme le Troll Ball ou les combats de Behourd avant de s’essayer à l’arbalète ou plus tranquillement visiter ce lieu historique avec un guide.

Un festival à ne pas manquer et qui se tiendra également en 2017. Quelques points logistiques seront certainement réglés comme la longue file d’attente d’une heure trente pour dîner ou un parking affiché complet à l’arrivée prévu à l’usage des visiteurs.

Une initiative à saluer par ceux qui aspirent à rester en dehors du star system. Et c’est tout ce qu’on peut leur souhaiter : faire grandir ce bel événement sans surtout perdre leur âme (à certains moments un peu trop de congratulation) par le succès certain qu’il ne manquera pas de générer…

Pour les passionnés du Moyen Âge, l’histoire continue avec le projet de la reconstruction d’un village médiéval avec les techniques de l’époque par la Forteresse de Montbazon. Si vous souhaitez porter votre pierre à l’édifice, vous pouvez présenter vos candidatures : archeositedemontbazon@gmail.com ou en savoir plus http://www.forteressedufauconnoir.com/

À l’année prochaine.

Carole Rampal

* Coordonnées de Ben qui pourra vous rediriger sur ces youtubers
https://www.youtube.com/user/notabenemovies?sub_confirmation=1

Les photos (médaillons) qui illustrent cet article sont du photographe Romain Gibier.