Toutes les femmes sauf une, au Théâtre La Flèche

Donner vie à une petite fille Adèle quand soi-même Marie s’est accouchée d’elle-même par les mots, les livres. Compliqué…

Alors par où commencer quand les murs froids de la maternité glacent le sang de la femme qui accouche, et n’ont pas d’oreille. Par où commencer quand sa propre mère n’a pas su s’aimer, ni aimer sa propre fille devenue depuis quelques heures mère à son tour. Par où commencer quand sa propre grand-mère n’a pas su aimer sa propre mère.

Une trajectoire difficile que Marie va vouloir détourner pour offrir à Adèle une issue pour échapper à un destin qui n’est pas prédéfini quand les mots sont capables de révolutionner la vie, de la métamorphoser et lui donner âme.

A peine née, Marie penchée sur le berceau d’Adèle va lui raconter son enfance, son adolescence, ses déboires. À travers ses récits, elle lui démontrera par là même sa force de vie, sa capacité à s’émouvoir, à s’aimer à travers ses peurs, ses doutes, ses colères, et à l’aimer, elle, sa fille, Adèle. Peu importe que d’autres doutent d’elle, voire la jugent parce qu’en premier devoir, elle n’aurait pas donné le sein.

L’instinct de vie, du dépassement de soi-même transcendent quand on sait s’écouter et ouvrir son coeur.

C’est avec beaucoup de sensibilité et de vulnérabilité que Florence Le Corre entre dans la peau de Marie. Seule en scène pendant plus d’une heure, elle porte haut le roman de Toutes les femmes sauf une qui a reçu le Prix de la révélation de la SGDL et également le Prix du journal Le Monde.

Une adaptation réussie.

La scénographie très épurée va droit à l’essentiel : seuls des néons de couleur lumineux occupent l’espace et donnent formes et mouvements aux objets et sentiments.

Toutes les femmes sauf une c’est la question de l’héritage matriarcal transmis de mère en fille qui concerne toutes les femmes devenues mères à leur tour.

Carole Rampal

Théâtre la Flèche
Jusqu’au 8 décembre.
Les jeudis à 21h

77 rue de Charonne – 75011 Paris
01 40 09 70 40

Autrice : Marie Pourchet aux éditions Fayard
Adaptation et interprétation  : Florence Le Corre
Mise en scène : Mickaël Délis
Scénographie :Vincent Blot
Lumières : Alexandre Dujardin

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s