“Le Cercle de Whitechapel”, au théâtre du Lucernaire

Ce diaporama nécessite JavaScript.

© L’instant d’un regard

Hiver 1888, le quartier de Whitechapel à Londres est le théâtre d’une série de meurtres de plus en plus violents. Des enquêteurs très spéciaux vont partager leurs recherches et réflexions et peut-être résoudre l’énigme de Jack the Ripper.

Le romancier Arthur Conan Doyle (Ludovic Laroche),  père de Sherlock Holmes ; le dramaturge George Bernard Shaw (Nicolas Saint-Georges) ; le directeur de théâtre et écrivain Bram Stoker (Jérôme Paquette), créateur de Dracula, Nosferatu le vampire…  tous ont été influencés dans leurs œuvres par ces crimes. Parmi ces enquêteurs et profilers de la première heure, il y a aussi Mary Lawson (Stéphanie Bassibey), l’une des premières femmes médecins anglo-saxonnes, et Sir Herbert Greville (Pierre-Arnaud Juin) qui les a réunis.

Pendant deux heures, ils se passionnent pour ces terribles événements et enquêtent à l’aide de photos, du plan de Londres, de messages laissés par le tueur… pour, peut-être, trouver le coupable ?

Chacun va contribuer à l’avancée de l’enquête : Conan Doyle grâce à ses déductions et son sens de l’observation, Shaw dont la logique et la précision de journaliste font mouche à chaque nouvelle découverte de cadavres, Stocker grâce à sa connaissance des bas-fonds, et Miss Lawson pour sa maîtrise de l’anatomie humaine.

Le scénario surprenant de Julien Lefebvre et la mise en scène dynamique de Jean-Laurent Silvi sont efficaces. Les acteurs sont excellents. On rit beaucoup, on s’interroge, et l’on ne peut qu’être amusé par cette idée de rassembler ces pionniers du profilage.

J’ai cependant été peinée de voir les acteurs revenir sur scène après le spectacle pour démonter le décor. Par souci d’économie, certaines compagnies sont désormais obligées de faire des choix pour pouvoir arriver à l’équilibre, voire même faire des bénéfices. C’est bien dommage.

D’autant que Le Cercle de Whitechapel mérite d’être vu et les comédiens encouragés.

Scribo

De Julien Lefèbvre
Avec
Stéphanie Bassibey
Pierre-Arnaud Juin
Ludovic Laroche
Jérôme Paquatte
Nicolas Saint-Georges
Décors : Margaux Van Den Plas et Corentin Richard
Costumes : Axel Boursier
Lumières : Éric Milleville
Musiques : Hervé Devolder

Jusqu’au 12 janvier 2020
Du mardi au samedi à 21h00
Le dimanche à 18 h 00

Théâtre du Lucernaire
53, rue Notre Dame des Champs
75006 Paris
Tél. : 01 42 74 17 87
http://www.lucernaire.fr/theatre/2006-le-cercle-de-whitechapel.html

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s