“Peer Gynt”, aux Bouffes du Nord

 

crédit © Gaële Simon

 

Qui es-tu Peer Gynt ?

Pas de réponse de la part du jeune vaurien sans cesse en représentation, chevauchant un renne imaginaire, enlevant une belle juste avant son mariage, négligeant sa vieille mère ; un jour marin, un autre star du rock…

Irina Brook, que le chef d’œuvre d’Ibsen a marquée quand elle était gamine, renoue avec l’émotion de son enfance en réunissant autour du projet un nombre impressionnant de talents.

D’emblée, on est surpris – et ravis – par ces musiciens qui occupent la scène, instrument en main, et qui changent en un rien de temps d’aspect, de costume, pour incarner un, deux, plusieurs personnages.

La musique rythme la vie de Peer Gynt et pas n’importe laquelle, une joyeuse, enlevée, rockeuse faite, entre autres, de morceaux choisis écrits par Iggy Pop.

La pièce de plus de deux heures vole de tableau en tableau, on est dans le foisonnant, dans le multiple, tout comme l’est le héros, jeune homme égoïste qui rêve de gloire, abandonne sa mère et vend son âme au roi des Trolls mais que le remords assaille parfois.

Un spectacle intense ou l’on suit Peer Gynt tantôt poète, tantôt abject, dans le monde du conte où la quête d’identité faite d’errements reste centrale.

Être soi-même, recherche philosophique inépuisable à laquelle répondait Antoine Vitez en citant Stanislavski, « Cherchez dans l’autre qui est en face de vous, car en vous-même il n’y a rien. »

Plûme

Jusqu’au 18 février au Théâtre des Bouffes du Nord
37 bis, boulevard de La Chapelle, 75010 Paris

D’après Henrik Ibsen
Adaptation et mise en scène Irina Brook
Poèmes Sam Shepard
Chansons Iggy Pop
Chorégraphie Pascale Chevroton
Scénographie Noëlle Ginefri
Masques cile Kretschmar assistée de Sarah Dureuil
Lumière Alexandre Toscani
Assistant à la mise en scène Simon Courtois

Avec
Helene Arntzen, Frøydis Arntzen Dale, Diego Asensio,
Jerry Di Giacomo, Scott Koehler, Mireille Maalouf, Roméo Monteiro, Damien Petit, Margherita Pupulin, Pascal Reva, Augustin Ruhabura, Gen Shimaoka,
Shantala Shivalingappa et Ingvar Sigurdsson.

En tournée
Le 6 mars : Scène nationale, Narbonne
Les 9 et 10 mars : Théâtre Saint Louis, Pau
Le 13 mars : Théâtre Jean Vilar, Saint-Quentin-dans l’Aisne
Les 19 et 20 mars : La Coursive, La Rochelle
Les 22 et 23 mars : Théâtre Angoulême, scène nationale
Les 27 et 28 mars : L’Apostrophe, Cergy-Pontoise

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s