“Guérisseur”, au théâtre du Lucernaire

 

@ Karine Letellier

Un regard intense et dense vous pénètre… une voix grave égrène les noms de villages croisés sur les route d’Ecosse, du Pays de Galle ou d’Irlande. Lui, massif, c’est Frank Hardy, le guérisseur.

Sur scène, il raconte les errances de la camionnette avec ses deux acolytes : Grace, sa femme et Teddy, l’impresario. Trois paumés réunis dans une maison sur roues pour une galère sans fin, faite de salles vides, de personnes pleines d’espoir ou de désespoir – « ils veulent seulement avoir la confirmation qu’ils sont incurables » – de guérisons ratées, mais parfois réussies, comme par miracle, par simple imposition des mains. Et toujours l’errance, l’aigreur, la rancœur durant ces années à chercher de quoi vivre du « don » ou simplement survivre tout en se déchirant les uns les autres.

Impressionnant, Xavier Gallais incarne magistralement le guérisseur, être tourmenté assailli de doutes, rôle qui fut tenu autrefois par Laurent Terzieff. On pense que ce Frank Hardy-là suit les traces de son digne prédécesseur.

Puis entrent en scène Grace et Teddy, et chacun à leur tour, de nous conter les mêmes événements. Trois visions différentes de ce qu’il s’est passé. Trois ressentis contraires. Trois vies en tension qui restent sur la même orbite, celle de la déchéance.

Dépouillée de tout artifice, la mise en scène au décor minimaliste donne à voir et à s’exprimer intensément la détresse et la solitude des trois personnages que rien n’arrête dans leur quête à la vie, à la mort.

Les lieux, les scènes prennent vie sous leurs mots. On y est.

On cligne des yeux pour percer le brouillard, on entend la musique du pub, on saisit les regards des clients, on sent palpiter le défi chaque soir relevé par le guérisseur imbibé de whisky.

Magnifique interprétation du texte de Brian Friel, surnommé le Tchekhov irlandais, par Xavier Gallais, Bérangère Gallot et Hervé Jouval, saisissants d’authenticité.

Une expérience de théâtre unique, que je vous conseille vivement.

Plûme

Une pièce de Brian Friel
Texte français d’Alain Delahaye
Mise en scène de Benoît Lavigne
avec
Xavier Gallais ou Thomas Durand, Bérangère Gallot et Hervé Jouval
Collaboration artistique : Sophie Mayer
Décor et costumes : Tim Northam
Musiques : Michel Winogradoff
Lumières : Denis Koransky

Jusqu’au 14 avril
du mardi au samedi à 19h
Lucernaire
53, rue Notre-Dame-des-Champs
75006 Paris
http://www.lucernaire.fr/theatre/2164-guerisseur.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s