“Price” au T2G

Price3©JeanLouisFernandez073_site

© Jean-Louis Fernandez

 

La pièce est tirée du roman éponyme de Steve Tesich, qui traite du passage brutal à l’âge adulte de son héros, Daniel Boone Price.

Tout commence par un concours de lutte qui va décider de l’avenir de Price, 18 ans, qui vit dans l’Amérique des années 60, dans l’Est Chicago plus précisément, banlieue industrielle et prolétaire frappée par le chômage.

Quel futur pour Daniel et pour ses amis : Larry Misiora, le rebelle, et Billy Freund qui ne se remet pas de la mort de son père ? Vont-ils pouvoir préserver leur amitié ? Vont-ils suivre les traces de leurs parents : l’usine, une vie subie et désenchantée ?

L’histoire respire l’authenticité, elle capte les incertitudes de l’adolescence. Le jeu des acteurs est intéressant et très travaillé.

Même si je n’avais pas lu le livre, il m’a semblé que l’adaptation et la narration étaient fidèles au roman de Tesich.

Antoine Kahan, qui joue Daniel, est subtil et d’une grande sensibilité. J’aurais cependant aimé que certaines émotions soient plus lisibles et plus bouleversantes, comme le choc pour le héros de voir la réalité de Rachel, son premier et grand amour d’adolescent dont il attend tout, jouée par Inès Cassigneul parfaite en perverse-narcissique ; la révélation du secret de ses parents ; la mort de son père. Peut-être n’ai-je pas compris à quel point le personnage est perdu et dépassé par les événements ?

Les personnages et les situations gravitent autour de Price en fonction du lieu où se situe l’action. L’espace, vaste, est conçu de telle manière que les acteurs qui ne sont pas impliqués dans une scène restent sur place pour pouvoir intervenir à tout moment et faire évoluer l’histoire. Cela fonctionne et rend fluide chaque situation, même si parfois j’ai dû faire un effort de concentration pour ne pas perdre le fil des événements et comprendre où je me trouvais et ce qui se jouait, tant le rythme est soutenu.

J’ai été particulièrement marquée par des passages crus comme le jeu de Rodolphe Dana en père de Rachel débraillé et alcoolique, qui dégage quelque chose de malsain et de vulgaire ; la mort du père de Daniel – Simon Bakhouche – qui se déshabille exposant son corps pratiquement nu au public –, les scènes de sexe hyperréalistes…

Je n’ai pas vu passer les deux heures que dure la pièce et en sortant j’étais un peu perdue. Tout n’est pas parfait dans cette adaptation, mais malgré tout l’histoire, la recherche de la justesse de jeu et des situations m’ont intéressée.

Je trouve cette façon de travailler de manière collective riche et passionnante. Je trouverais très intéressant d’assister à cette recherche pour une pièce en construction.

Armelle Gadenne

Du 16 novembre au 2 décembre
lundi, jeudi et vendredi à 20h, samedi
à 18h et dimanche à 16h

PRICE au T2G
http://www.theatre2gennevilliers.com/
Texte : Steve Tesich (Éditions Monsieur Toussaint Louverture)
Traduction : Jeanine Hérisson
Création collective : dirigée par Rodolphe Dana adaptation
Avec : Simon Bakhouche,
Grégoire Baujat,
Inès Cassigneul,
Rodolphe Dana,
Françoise Gazio,
Antoine Kahan,
Lionel Lingelser.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s