“Le Quai des Brumes” au Théâtre de l’Essaïon

Jean, déserteur de l’armée coloniale, débarque au Havre dans l’espoir de fuir les combats et de quitter la France. Il se réfugie chez Panama, un bar situé près des docks où il rencontre Nelly, une jeune fille fragile et sans repères. C’est le coup de foudre. Terrorisée par son inquiétant tuteur, Zabel, Nelly vit dans la peur. D’autres personnages gravitent autour des deux amants : Lucien, un petit truand de quartier à la recherche de Maurice, l’amant de Nelly, qui a disparu sans doute assassiné par Zabel ; Michel, un peintre suicidaire… Dans ce huis clos fatal, Jean va inexorablement à la rencontre de son destin.

Le metteur en scène et comédien Philippe Nicaud, a adapté le film du duo Carné-Prévert pour le théâtre, d’après le roman éponyme de Pierre Mac Orlan, publié en 1927.

Dès que je suis entrée dans la salle, j’ai eu l’intuition que j’allais passer un moment émouvant. Je ne saurais vous dire pourquoi, mais en voyant le décor et tous les personnages sur scène, chacun à sa place et dans son rôle, avec l’accordéon en fond sonore, j’ai été touchée et curieuse de ce que j’allais découvrir.

Je n’ai pas été déçue tant le jeu des comédiens est intense et diffuse la poésie de Jacques Prévert avec une grande force. Comme ils sont généreux, habités par le désespoir, les failles et le besoin d’amour et de reconnaissance de leurs personnages. Jean et Nelly, dont le coup de foudre va leur faire vivre une courte mais profonde passion et construire des rêves de bonheur et de liberté ; Zabel, l’oncle inquiétant et dangereux qui, malgré tout, laisse transparaître sa fragilité d’homme amoureux et prêt à tous les extrêmes. J’ai ressenti chaque émotion, la colère, la tristesse, le désespoir de Michel et la rage de Lucien, joués par Sylvestre Bourdeau, impressionnant.

La bienveillance aussi, celle de Panama qui, l’air de rien et sans poser de questions, est à l’écoute et prêt à aider ceux qui sont dans la peine. Chapeau bas à M. Nicaud, à ses talents de metteur en scène, de comédie et… de musicien.

L’espace était saturé de désespérance et pourtant j’étais captivée et heureuse d’assister à une représentation d’une telle qualité.

Le décor est un mélange d’accessoires bruts. La façon dont Philippe Nicaud a imaginé chaque lieu simplement en modifiant la position des objets ou en changeant l’intensité lumineuse est astucieuse. Le camion composé d’une caisse, de deux projecteurs et de tabourets avec le bruit du moteur en fond sonore, est bluffant de réalisme. Il sollicite notre imagination et cela fonctionne. Pour chaque lieu, les objets sont installés par les acteurs de façon simple et précise en fonction de là où se situe l’action.

Des répliques entre Jean et Nelly résonnent encore en moi, non pas celles auxquelles tout le monde pourrait s’attendre, mais celles-ci : « Tu vas où ? Je sais pas. Alors on va du même côté… » Suivez Jean et Nelly, allez donc à l’Essaïon voir cette pépite. Vous en ressortirez bouleversé et ravi d’avoir vécu pour un temps ce moment de partage et d’émotions.

Armelle Gadenne

 

Adaptation théâtrale inédite tirée du scénario original de Jacques Prévert.
– Auteur : Jacques Prévert
– Mise en scène : Philippe Nicaud
– Distribution : Idriss, Sara Viot, Fabrice Merlo, Pamphile Chambon, Sylvestre Bourdeau, Philippe Nicaud

Du 6 octobre 2017 au 14 janvier 2018 :
les vendredis, samedis à 19 h 30 et les dimanches à 18 h
Relâches : 24 et 31 décembre
http://www.essaion-theatre.com/typespectacle/55_6-ans-et-plus.html

Publicités

2 réflexions sur ““Le Quai des Brumes” au Théâtre de l’Essaïon

  1. L’Essaion abrite également une petite merveille dont la dernière est je crois mercredi prochain, et que je vous encourage vivement à aller applaudir un seul en scène intime, et pas seulement grâce à la salle Cabaret, qui s’y prête : c’est une mise à nue bouleversante que ce Par Coeur ou les Hommes de ma vie, le diamant brut d’Arnaud Arbessier.
    De mon côté, je vais me presser d’aller découvrir ce Quai des brumes, dont vous faites excellente presse !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s