Noces de sang, À la folie Théâtre

©Jean-Christophe Fossey

L’Andalousie, la terre, le poids de la famille et des traditions, l’oppression des femmes, mais aussi, la poésie, le sens du fantastique… tels sont les grands thèmes qui traversent l’œuvre de Federico García Lorca. Mais comment porter sur scène cette pièce mille fois jouée sans tomber dans le piège convenu du mélodrame ?

« Fidèles à l’esprit de Lorca, notre ambition est de rendre la culture accessible à tous. De faire un théâtre populaire mais exigeant […], déclarait Natalie Schaevers, en février 2017. Parce que parfois, les mots ne sont pas suffisants pour exprimer ce que les personnages ressentent, la danse, à travers le tango, ou la musique prendront la parole à leur tour […]. »

C’est là toute l’originalité de la proposition, qui se veut dans le prolongement d’un théâtre populaire multidisciplinaire. Les personnages sont donc resserrés autour de quatre comédiens, à la fois chanteurs, danseurs et musiciens. Si toute la troupe de la compagnie La Grue Blanche met sa fougue au service du texte de García Lorca, Hélène Hardouin domine largement la distribution par la qualité de son interprétation (à la fois vocale et scénique) et son évidente force comique.

Elle joue la Madre, la mère du fiancé, qui rumine sa haine contre les Felix, la famille ennemie qui a tué son mari et son fils aîné et qui consent à contrecœur au mariage (donc au départ) de son cadet. Dans le rôle de l’épouse délaissée de Leonardo – l’ex-fiancé de la Novia, qui a dû renoncer à l’épouser, faute d’argent –, elle est également très crédible et incarne le poids qui pèse sur les femmes dans cette société patriarcale et fermée.

La mise en scène, très épurée, laisse toute sa place au texte de García Lorca. Les autres formes d’expression (musique, chant, danse, masques) apportent une dimension originale à la pièce, ainsi qu’une note d’humour bienvenue. Saluons donc cette volonté évidente de sortir des sentiers battus, même si l’on peut regretter que la magie du tango – danse de vie et de sensualité – ne ressorte pas plus fortement.

Véronique Tran Vinh

JUSQU’AU 16 AVRIL 201
Jeudi à 19 h 30, samedi à 18 h, dimanche à 16 h 30
À la folie Théâtre
6, rue de la Folie Méricourt
75011 Paris
Tél. : 01 43 55 14 80
http://bit.ly/2nO9nTX

D’après Federico García Lorca
Créatrice du projet : Maiko Vuillod
Mise en scène, adaptation du texte : Natalie Schaevers
Direction d’acteurs : Sandrine Briard
La mère /la femme de Leonardo /la lune/chant : Hélène Hardouin
Leonardo/le père/la voisine: Romain Sandère
Le fiancé/clarinette : Erwan Zamor
La fiancée/violon : Maiko Vuillod
Coach chorégraphe : Patrice Meissirel (double champion de France tango et salon).

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s