Noce, au théâtre du Lucernaire

@Emmanuel Valentin

Un concentré d’énergie, un raz-de-marée verbal qui vous submerge, emportant tout sur son passage… La force du texte de Jean-Luc Lagarce (Derniers remords avant l’oubli, le Pays lointain, Music-Hall, Juste la fin du monde) parvient à transcender la mise en scène parfois outrancière de Pierre Notte (mouvements scéniques, musique omniprésente, etc.).

Cinq personnages, cinq exclu(e)s de cette noce que tous imaginent forcément grandiose. Chacun est un archétype à part entière : l’Enfant, la Femme, l’Homme, le Monsieur et la Dame. La montée de la tension dramatique est implacable : désir puissant de faire partie de la noce – symbole suprême de l’intégration sociale – euphorie d’y être arrivé, désillusion de se sentir rejeté, révolte, et enfin, vengeance, dans un gigantesque jeu de massacre… avant que les exclus ne reproduisent eux-mêmes le système qu’ils prétendaient dénoncer. Au passage, on notera que pour Lagarce, les soi-disant « nantis » souffrent d’une forme de misère différente, mais tout aussi pitoyable que celle des exclus.

Même si la deuxième partie de la pièce (notamment après le saccage de la noce), perd un peu en force à cause du côté répétitif des situations, l’ensemble est néanmoins très réussi. Cette satire sociale est admirablement servie par le jeu des acteurs qui réussissent la performance de faire vivre un texte très narratif, et à restituer son intensité.

Devant l’absurdité des situations, on a envie de rire, mais le rire reste bloqué dans la gorge, car la violence du propos est sous-jacente. De quel côté de la table est-on ? Du côté des nantis, ceux qui ont été invités à la noce, ou de celui des laissés-pour-compte, ceux que la société ne voit même pas ? L’indifférence et le mépris de l’autre ne peuvent qu’engendrer frustration et violence. Le texte soulève des questions toujours d’actualité. Alors, faut-il être de la noce, ou pas ?

Pour le savoir, courez voir la pièce !

Véronique Tran Vinh

Texte : Jean-Luc Lagarce
Mise en scène: Pierre Notte
Avec : Grégory Barco, Bertrand Degrémont, Ève Herszfeld, Amandine Sroussi et Paola Valentin.

 JUSQU’AU 11 MARS 2017
Du mardi au samedi à 21 h
Théâtre du Lucernaire
53, rue Notre-Dame-des-Champs
75006 Paris
Tél. : 01 45 44 57 34
http://www.lucernaire.fr/theatre/1072-noce.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s