Big Freeze (thermodynamique de l’amour), au théâtre de la Reine blanche

@Romain Guillet

Dans quoi sommes-nous tombés ?
Dans un théâtre pas comme les autres, c’est sûr.
Dans une conférence sur la thermodynamique, peut-être bien.
Dans un système ouvert, fermé ou isolé ? Qui sait.

Sur la scène s’affiche une phrase : « Plateau de théâtre vide — Un public curieux : système fermé. »

Voilà qui plante le décor – façon de parler. On a plutôt l’impression d’être dans un laboratoire, serions-nous les prochains cobayes d’une expérience de thermodynamique ?

Non, les personnages arrivent… Un couple, un garçon esseulé, une mère et sa fille, un médecin et son malade, etc. De tous ces personnages, naît un grand désordre entropique –l’entropie est, comme chacun le sait ou pas, la mesure du désordre à l’intérieur d’un système. L’énergie et toute la chaleur thermodynamique qui en résultent sont bien sur scène, incarnés par des êtres cocasses, durs ou fragiles, secoués ou secouants. Nous voilà face à la création de structures dissipatives d’énergie que sont les histoires d’amour.

Car bien entendu, c’est d’amour dont il est question. Les saynètes sont explosives par les thèmes qu’elles abordent, leur mise en scène et le talent des comédiens. Le tout entrecoupé de « leçons » sur le Big Bang, l’Univers, et nous, petits grains de poussière à l’échelle du cosmos, que faisons-nous ?

C’est scientifique, sans nul doute, mais ce spectacle déborde largement ce cadre pour se promener dans les émotions qui secouent les Terriens que nous sommes. Thomas Poitevin, qui signe le texte et la mise en scène, endosse le rôle d’animateur d’émission de vulgarisation scientifique et mène tambour battant sa petite troupe dans des scènes loufoques et déjantées. Mais les comédiens sont-ils des scientifiques, ou les scientifiques des comédiens ?

C’est drôle, très drôle ! On rit beaucoup et souvent… dissipant des flux d’énergie que nous renvoient les comédiens. Bref, une soirée incroyable où connaissance ne rime pas avec ennui. Bien au contraire.

Si vous voulez rencontrer le Big Freeze, allez applaudir cette troupe de savants fous et passez une excellente soirée à envoyer et à recevoir des ondes énergétiques, euphoriques et réflexives !

Plûme

Jusqu’au 25 février, du mardi au samedi à 20 h 45
Théâtre de la Reine blanche
Scène des arts et des sciences
2 bis, passage Ruelle, 75018 Paris
http://www.reineblanche.com/portfolio_page/big-freeze/

Une création de :
La nationale fantôme
Texte et mise en scène : Thomas Poitevin
Inspiré des écrits de : François Roddier, Vincent Mignerot, Trinh Xuan Than et Hubert Reeves.
Avec :
Guillaume Arène, Andréa Brusque, Lucrèce Carmignac, Amaury de Crayencour, Ophélie Legris, Thomas Poitevin, Oriane Dioux, Fabio Acero

Création son et lumières : Ludovic Champagne
Scénographie, objets : Romain Guillet
Regards scientifiques : Oriane Dioux, Laurent Trouboul, Fabio Acero
Regard philosophique : Sophie Burdet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s