Le Jeu de l’amour et du hasard, au théâtre du Lucernaire

Le Jeu de l'amour et du hasard.jpeg

 

Un écran sur lequel est projeté un clip avec, en fond sonore, David Bowie. D’entrée de jeu, on comprend que la jeune metteure en scène (qui tient le rôle de Silvia) a l’intention de « confronter le propos de Marivaux sur son époque à la lumière de [notre] siècle ».
Parti-pris réussi puisque cette version « revisitée » fait ressortir la modernité et l’impertinence du sujet (surtout pour le XVIIIe siècle !) : une jeune femme, inquiète du mariage arrangé par son père, décide de se faire son propre jugement sur l’époux pressenti en se faisant passer pour sa suivante. Elle ignore que de son côté, et pour les mêmes raisons, son futur époux adopte la même stratégie.

Dans un décor aux couleurs acidulées qui crée une ambiance joyeuse et estivale, les personnages de cette comédie de dupes virevoltent devant nous, essayant d’échapper au poids des conventions sociales. La mise en scène de Salomé Villiers tire vers la farce et le jeu des comédiens, délibérément outré (notamment celui d’Angèle Humeau et d’Étienne Launay dans les rôles de Lisette et d’Arlequin), provoque le rire.

Cela n’empêche pas la critique sociale d’affleurer sous ce jeu de masques en apparence léger et délicieusement amoral. Les maîtres restent eux-mêmes – ceux qui possèdent les codes de la bienséance et qui commandent – malgré leur costume de domestique, et inversement. Le hasard faisant bien les choses, lorsque les masques tomberont, chacun retrouvera sa place et la mésalliance sera évitée, ouf !

La pièce est ponctuée de clips vidéo qui prolongent l’action et apportent dynamisme et modernité au spectacle. Grâce à une mise en scène énergique et aux dialogues étincelants de Marivaux, on rit beaucoup devant les quiproquos qui s’enchaînent. La distribution des rôles est parfaite et les six comédiens font preuve d’un enthousiasme communicatif. Mention spéciale à Pierre Hélie dans le rôle du facétieux Mario, frère de Silvia. Par la drôlerie et la fraîcheur de son traitement, cette pièce au sujet intemporel (l’amour) ne manquera pas de séduire tous les publics, adolescents compris.

 Véronique Tran Vinh

 

De Marivaux
Mise en scène : Salomé Villiers
Assistante mise en scène : Lisa de Rooster

Avec :
Salomé Villiers (Silvia)
Angèle Humeau (Lisette), en alternance avec Raphaëlle Lemann
Philippe Perrussel (M. Orgon)
Pierre Hélie (Mario), en alternance avec Bertrand Mounier
François Nambot (Doriante)
Étienne Launay (Arlequin)
Vidéos : François Nambot

Jusqu’au 31 décembre 2016
Du mardi au samedi à 20 H et dimanche à 18 h
Théâtre du Lucernaire
53, rue Notre-Dame-des-Champs
75006 Paris
Tél. : 01 45 44 57 34
www.lucernaire.fr/theatre/663-le-jeu-de-l-amour-et-du-hasard.html

Publicités

Une réflexion sur “Le Jeu de l’amour et du hasard, au théâtre du Lucernaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s