Quand le diable s’en mêle, au Théâtre de l’Aquarium

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans les trois courtes pièces proposées par Didier Bezace, l’intrusion d’un événement inattendu (un accouchement prématuré, le décès d’une belle-mère, la purgation de “bébé”) fait dérailler la vie quotidienne des principaux personnages, englués dans leur conformisme petit-bourgeois.

Feydeau s’amuse et nous amuse avec ces « scènes de la vie conjugale » revisitées sous l’angle de la farce grinçante et de la satire sociale. Assurément, ce n’est pas Bergman, et c’est tant mieux. Chez lui, pas d’analyse psychologique des comportements dans le couple, mais plutôt un rapport de forces perpétuel entre mari et femme, poussé jusqu’à l’hystérie la plus totale. Ses personnages s’agitent dans tous les sens, tels des pantins confrontés à l’absurdité de leur vie.

Pas de prétention non plus dans les dialogues chez Feydeau. Dans Léonie est en avance, l’épouse enceinte affirme sans sourciller à sa mère : « Papa, c’est pas un homme… », ce à quoi la mère répond : « Pour moi, oui ! » Quant aux situations, elles sont absurdes, forcément absurdes, comme quand ladite épouse enceinte force son époux à mettre un pot de chambre sur sa tête parce qu’elle a vu cette scène en rêve ; ou encore – dans Il faut purger bébé, ma pièce préférée ! –, quand les parents de Toto – diminutif de Hervé – cherchent désespérément dans le dictionnaire les îles Hébrides à la lettre z ou e.

La troupe de comédiens (sept au total) a du talent et de l’énergie à revendre, et grâce à eux, on rit beaucoup. Saluons tout particulièrement Philippe Bérodot, diabolique à souhait, Thierry Gibault et Clotilde Mollet, qui excellent tous les deux dans les rôles des parents tyrannisés par leur« enfant roi ».

On rit donc, et de bon cœur, devant cette cascade de malentendus, de situations désopilantes, de comportements plus absurdes les uns que les autres. Un moment de détente, sans prétention intellectuelle, mais avec ce qu’il faut d’humour loufoque et d’ironie.

Véronique Tran Vinh

D’après trois pièces de Feydeau : Léonie est en avance, Feu la mère de Madame, On purge bébé.

Adaptation et mise en scène de Didier Bezace
Avec : Philippe Bérodot (le Diable, Mme Virtuel, Joseph, Toto), Jean-Claude Bolle-Reddat (Lucien, M. Chouilloux), Thierry Gibault (M. de Champrinet, Bastien Follavoine), Clotilde Mollet (Mme de Champrinet, Julie Follavoine), Océane Mazas (Clémence, Yvonne, Horace Truchet), Lisa Schuster (Léonie, Annette, Mme Chouilloux), Luc Tremblais (Toudoux, Rose).

Jusqu’au 1er octobre 2016
Du mardi au samedi à 20 h
Dimanche à 16 h

Théâtre de L’Aquarium
Route du Champ de Manœuvre
75012 Paris
www.theatredelaquarium.net

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s