“La Dernière Bande”, au Théâtre de l’Œuvre

derniere-bande-weber6g

 

Le temps de la désillusion

Au centre de la scène, sous un halo de lumière, un vieil homme est avachi sur un bureau métallique sur lequel sont posés un magnétophone, une enceinte et quelques boîtes. Il n’émet quelques signes de vie que lorsque la pièce commence. Pesamment, il repousse sa chaise pour se lever, puis se ravise. Le public retient son souffle, attentif à ses moindres mouvements. De l’action, cependant, il n’y en aura pas. Le début de la pièce est lent, très lent, meublé d’une foule de petits détails : le vieillard se lève, fait le tour du bureau d’un pas lourd, prend une clé dans son trousseau, ouvre un tiroir, s’empare d’une banane, referme le tiroir, mange sa banane et ainsi de suite.

Pourtant, Jacques Weber (méconnaissable grimé en clown) semble habiter son personnage jusque dans sa respiration bruyante, ses grognements et les mimiques de son visage. Krapp réécoute les souvenirs qu’il a enregistrés sur son magnétophone trente ans auparavant– seul lien qui le relie à son passé et à la vie – et réagit avec amusement, colère, agacement ou ironie, comme si les propos qui sortent du magnétophone étaient ceux d’un autre. Ultime ironie : il est obligé de décrypter ses propres mots, désormais incompréhensibles, dans un dictionnaire. L’idée de l’auteur – créer un dialogue entre le vieillard et son ancien moi grâce au magnétophone – est ingénieuse mais finit par lasser. Car Krapp rembobine sans arrêt la bande, ressassant le même souvenir : celui d’un amour de jeunesse enfui à jamais.

Malgré un texte poétique et le jeu impressionnant de Jacques Weber, cette tentative de retranscrire l’échec d’une vie d’homme à travers le jeu de la mémoire n’a pas réussi à me toucher. Peut-être parce que cette œuvre courte de Beckett (une heure) manque singulièrement de chair, ou que le parti pris de montrer Krapp sous le masque d’un clown dérisoire et pathétique enlève de l’émotion et de la profondeur au personnage. De son côté, la mise en scène, très rigoureuse, ne contribue pas à rendre la pièce plus facile d’accès. On sort du théâtre dans le même état d’esprit que Krapp : avec l’impression confuse d’avoir raté un rendez-vous important.

Véronique Tran Vinhn

Monologue de Samuel Beckett
Mise en scène de Peter Stein
Avec Jacques Weber

Jusqu’au 30 juin 2016
Théâtre de l’Œuvre
55, rue de Clichy
75009 Paris
Du mardi au samedi à 21h00

Matinées samedi à 18 h et dimanche à 15 h
http://theatredeloeuvre.fr/reservation.html

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s