Exposition “Chamanes & Divinités de l’Équateur précolombien” au musée du Quai Branly

chamanes

Pratique toujours vivante dans bien des endroits du monde (Mongolie, Niger, Népal, Pérou, Corée) mais aussi au risque d’en surprendre quelques-uns aussi en Europe et en France, le chamanisme existe depuis l’aube de l’humanité et continue de faire couler beaucoup d’encre, d’interroger bien des journalistes, anthropologues, archéologues… et de donner l’envie de créer des expositions.

Aussi, le musée du Quai Branly, à travers 265 œuvres issues de récentes découvertes en Amazonie occidentale équatoriale, des collections des musées nationaux de Guayaquil, Bahia, Esmeraldas et Quito, part à la découverte du chamanisme à l’époque de la période préhispanique.

Mais qu’entend-on par chamane, chamanisme ? Et pourquoi s’y intéresser ?
Les chamanes ont gardé vivante cette tradition de qui nous sommes vraiment, et sont à l’origine de pensées religieuses. Enracinés dans la terre, étirés vers le ciel, ils voyagent dans le temps et l’espace. En perpétuant des rites vieux de 9000 ans, ils nous rappellent que l’Homme doit apprendre à se servir aussi de son cerveau droit. En rentrant en contact avec la nature et toute forme vivante (gens, animaux, arbres, vents), les chamanes mais aussi chacun d’entre nous sommes capables de développer des « ressentis » et paradoxalement mieux s’ancrer dans le monde.

Loin des clichés des peuples indigènes, l’exposition invite à comprendre leur cosmogénie, dans quel contexte politique et structure sociale ils exerçaient leurs fonctions, leurs savoirs, leurs rites. Ainsi, découvrons-nous que la personnification des animaux totems est à saisir à plusieurs niveaux et ont une représentation dans notre psyché et notre façon de fonctionner.

Des connaissances ancestrales à redécouvrir, loin des erreurs d’interprétation qui ont jalonné les siècles pour mieux vivre dans le présent et le futur.

À savoir qu’il existe(ait) plusieurs formes de chamanismes à différents points du globe, certaines plus proches que d’autres (les Amérindiens et les Celtes avaient, par exemple, les mêmes représentations, les mêmes dynamiques chamaniques et spirituelles).

À quand une prochaine exposition pour nous les différencier ? Proposition est lancée à M. Stéphane Martin, président du musée du Quai Branly.

Carole Rampal

 

Jusqu’au 15 mai 2016 : allez-y vite ! Un défaut : une exposition pas toujours didactique, peut-être prendre l’audioguide ou suivre la visite guidée.

Musée du Quai Branly
http://www.quaibranly.fr/fr/expositions-evenements/au-musee/expositions/
http://bit.ly/1PPP7rc

Commissaire de l’exposition : Santiago Ontaneda-Luciano, archéologue et anthropologue
Conseiller scientifique : Francisco Valdez, archéologue et anthropologue

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s