“Valentina-Tchernobyl, née pour l’amour” à la Manufacture des Abbesses

 

Pas de décor, juste la présence forte de la comédienne Coralie Emilion-Languille qui porte le texte brûlant de Valentina Timofeïevna Panassevitch.

Valentina fait partie de ces témoins de la catastrophe de Tchernobyl, dont Svetlana Alexievitch a recueilli les paroles dans son livre La Supplication : Tchernobyl, chroniques du monde après l’apocalypse.

Le 19 octobre 1986, Valentina fêtait son anniversaire quand on est venu chercher son mari pour « travailler » à la centrale (six mois après la catastrophe), il était soudeur, il est devenu liquidateur. De son équipe de sept, il est le dernier à mourir.

Une terrible agonie pendant toute une année.

Valentina nous raconte la vie d’avant, leur bonheur, leurs corps qui s’étreignent et se couvrent de baisers, les balades, la mer… Et puis leur insouciance face aux premiers signes de la radioactivité dans le corps de l’aimé…

Valentina est née pour l’amour ! Elle le clame ! Elle le danse ! Elle veut continuer à vivre avec celui qu’elle aime, quel que soit son état. Alors, elle parle, elle dit tout du calvaire d’une mort lente où chaque jour apporte de nouvelles tortures, où le corps part en lambeaux, et les images qu’elle fait surgir nous hantent pour longtemps.

Mais comme elle l’aime, comme elle continue de l’aimer, encore et toujours !

Solide, face aux secrets et aux mensonges de l’État, à la peur des soignants, aux reproches de sa famille. Seule, elle se bat contre la maladie de Tchernobyl. Et son combat est une ode à la vie !

Le jeu subtil de Coralie Emilion-Languille alterne tout au long du monologue entre joie, tristesse, révolte, abattement, voire folie, pour mieux nous faire partager l’incroyable et nous plonger dans la terrible expérience d’un accident nucléaire. Plus qu’une leçon de vie et d’amour, c’est un cri d’alarme pour le monde, surtout cinq ans après Fukushima.

Interprétation magnifique du texte de Svetlana Alexievitch, qui a reçu en 2015 le prix Nobel de littérature pour « son œuvre polyphonique, mémorial de la souffrance et du courage à notre époque ».

A voir.

Plûme

Avec Coralie Émilion-Languille
Mise en scène de Laure Roussel

Jusqu’au 14 mai 2016 à 19h
au théâtre La Manufacture des Abbesses, les mercredis, jeudis, vendredis et samedis
Représentation exceptionnelle, le mardi 26 avril 2016 à 19h, date anniversaire de l’explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

 

Publicités

2 réflexions sur ““Valentina-Tchernobyl, née pour l’amour” à la Manufacture des Abbesses

  1. Ping : « Valentina-Tchernobyl, née pour l’amour » d’après la « Supplication » de Svetlana Alexievitch Jour J+1semaine au théâtre de La Manufacture des Abbesses.

  2. Ping : « Valentina-Tchernobyl, née pour l’amour » d’après la « Supplication » de Svetlana Alexievitch Jour J+2semaines au théâtre de La Manufacture des Abbesses.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s