“Garde Barrière et Garde Fous” au Théâtre de l’Aquarium

copyright Patrick Berger
Léna Bréban dans Garde Barrière. ©Patrick Berger.

Léna Bréban, seule en scène

Dans le cadre du deuxième volet du cycle « Paroles de femmes », l’ancien directeur du Théâtre de l’Aquarium, Jean-Louis Benoît, a choisi de brosser sur scène le portrait de deux femmes interviewées lors de l’émission Les Pieds sur terre, de Sonia Kronlud, diffusée sur France Culture : Monique, 50 ans, garde-barrière SNCF dans l’Ain et Myriam, infirmière de nuit à l’hôpital Saint-Anne à Paris.

Pour les incarner, il a choisi de donner la parole à une autre femme, la comédienne, Léna Bréban, nommée en 2015 pour le meilleur second rôle féminin dans La Maison d’à côté. Glissée dans la peau de Monique puis de Myriam, elle raconte à la lumière de leur intimité, leur métier, leur goût du travail bien fait, leur vision de la société, mais aussi leurs déboires et la pénibilité souvent méconnue de deux métiers. On y apprend beaucoup dans le détail.

Sur le devant de la scène une table, deux chaises. Au fond, une espèce de grand miroir qui m’intrigue avant même que le spectacle commence. Des notes de piano s’échappent dans une mélodie courte que je n’ai pas le temps de reconnaître. Lumière sur Monique : un fer à la main, elle repasse en attendant l’avertissement sonore du passage du train. Dans sa guérite, elle en a le gros sur le cœur et nous dit : son quotidien, son fils qu’elle élève seule, les anciens qui viennent toujours lui rendre visite. Un voyant lumineux rouge s’actionne dans un bruit strident. Elle doit y aller. Le grand miroir devient écran :  un train surgit à grande vitesse ; peu après, on aperçoit son fils, cheveux au vent, assis non loin des rails…

C’est presque la nuit. Habillée d’une blouse blanche, Myriam vérifie la liste des médicaments que l’équipe de jour a consignés sur le cahier. Comme chaque soir, selon le même rite qui les rassure, elle vient souhaiter à chacun une bonne nuit. Sur le grand écran, chacun dans leur chambre, à tour de rôle, chaque patient échange avec Myriam qui leur répond en temps réel  (bravo pour la synchronisation des dialogues). Parce que c’est la nuit, le moment fragile qui réveille les angoisses et retient en dehors du sommeil.

Alors, avec beaucoup d’humanité et de sensibilité, à travers la bouche de ses personnages, Léna Bréban nous explique.

Carole Rampal

 

Texte et mise en scène Jean-Louis Benoit. Avec Léna Bréban. Comédiens qui ont figuré dans la vidéo du spectacle : Vladimir Ant, Ninon Brétécher, Dominique Compagnon, Véronique Dossetto, Perrine Forite, Laurent Montel, Karen Rencurel, Luc Tremblais et Aloys Garros. Décor :  Jean Hass. Son : Stéphanie Gilbert. Lumière et vidéo : Pascal Sautelet. Assistant vidéo :  Olivier Bemer. Costumes : Marie Sartoux.

Du 8 au 26 mars 2016
du mardi au samedi 21h / dimanche 17h
Théâtre de l’Aquarium
http://www.theatredelaquarium.net/
La Cartoucherie
route du Champ-de-Manœuvre
75012 Paris

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s