“Deux amoureux à Paris” au théâtre Montmatre Galabru

Reprise…

Affiche 40x60-2

Après s’être produit au Théâtre de la Contrescarpe fin 2015-tout début 2016, Deux amoureux à Paris revient sur les planches… au Théâtre Michel Galabru, du dimanche 14 février jusqu’à fin avril.

Un spectacle de music-hall pour les nostalgiques du Vieux Paris où, en noir et blanc sur grand écran au fond de la scène, défilent la tour Eiffel, l’arc de Triomphe, les Champs-Élysées… mais aussi la Grande Roue qui comme un symbole rappelle que la chance peut tourner.

Plus en avant, haut en couleur, sous son chapeau, caché derrière son piano, Régis Simon, fait résonner, sur des paroles écrites par Aude Brenner, la musique qu’il a lui-même composée. Pianiste mais aussi accordéoniste, il accompagne – comme dans la vraie vie – l’ancienne meneuse de revues des Folies Bergères.
Sur le devant de la scène, le corps élancé, les bras tendus vers le ciel, les doigts inclinés, elle évolue et nous raconte « leur histoire » dans un sourire permanent, la voix plus faible quand elle relate leurs déboires, les yeux plus grands quand elle se remémore leurs espoirs et leurs attentes.

Deux baladins arrivés sur la capitale, il y a bien des années, cherchent un emploi pour survivre et tenter de vivre de leur art : la musique et le chant. Ils se souviennent des portes refermées, puis de leur début comme chanteurs dans les restaurants… et au Père Claude, une « institution où le beau monde vient dîner ! » (sic Aude)

Imitateur à ses minutes, Régis Simon, avec la voix de Bourvil, ourle leur histoire. À d’autres instants, il rejoint Aude pour exécuter ensemble quelques pas de danse ou feindre de s’engouffrer « dans le métropolitain », accrochés à la barre du train que soudainement ils tirent d’un grand sac. Les romantiques apprécieront le baiser envoyé de l’un à l’autre sous forme d’une petite lumière rouge qui semble voler « entre deux airs ».

Chanter Paris, chanter l’amour, chanter leur histoire quelles que soient les circonstances ou les années… voilà un rêve qui ne cesse de les habiter et qu’ils veulent partager, nous confie à la fin de la représentation Aude Brenner.

 

Carole Rampal


Mise en scène :
Janicke Askevold

Théâtre Montmartre Galabru
http://theatregalabru.com/
4 rue de l’ Armée d’Orient 75018 Paris

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s